Au bercail les petits aulx

Encore une journée où il vaut mieux rester à l’abri en début d’après-midi, c’est l’occasion de parer l’ail, qui a eu le temps de sécher après récolte.

L’opération consiste à couper les tiges et les racines.

On obtient une belle petite tête, qui pourra patienter quelques mois à température ambiante, en attendant son heure.

Résultat d’une sécheresse précoce (depuis le mois de mars) et persistante, les aulx ne sont pas bien gros.

Et une proportion notable a développé des petits bulbilles en hauteur, comme pour assurer sa survie en maintenant une partie de sa descendance à distance du sol surchauffé…

Comme un parent porterait son enfant au-dessus de la tête pour traverser un torrent en furie…

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.