Déplacer des montagnes

Un tournant technique amène toujours une évolution des pratiques.

Le choix de cultiver à travers un épais paillage végétal nécessite, excusez du peu, de déplacer des montagnes.

Heureusement les montagnes ne sont pas loin…

J’ai accès au broyat produit par l’entretien du parc des Lilas. Merci au département !

Un creux dans le tas…

… et voilà une petite montagne dans la remorque. De quoi couvrir une demi, un tiers, un quart de planche suivant l’épaisseur voulue.

Les pommes de terre sont installées sous la couverture. Le gel ne devrait plus être à craindre quand les feuilles arriveront à percer.

La nouvelle mode semble convenir aux jeunes bettes,

betteraves,

navets,

et laitues.

Le triporteur enchaîne les tournées de broyat. Et les jardins se transforment jour après jour…

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.